Skip to main content
No Access

Long-Term Decrease in Coloration: A Consequence of Climate Change?

Climate change has been shown to affect fitness-related traits in a wide range of taxa; for instance, warming leads to phenological advancements in many plant and animal species. The influence of climate change on social and secondary sexual traits, which are associated with fitness because of their role as quality signals, is, however, unknown. Here, we use more than 5,800 observations collected on two Mediterranean blue tit subspecies (Cyanistes caeruleus caeruleus and Cyanistes caeruleus ogliastrae) to explore whether blue crown and yellow breast patch colorations have changed over the past 15 years. Our data suggest that coloration has become duller and less chromatic in both sexes. In addition, in the Corsican C.c. ogliastrae, but not in the mainland C.c. caeruleus, the decrease is associated with an increase in temperature at molt. Quantitative genetic analyses do not reveal any microevolutionary change in the color traits over the study period, strongly suggesting that the observed change over time was caused by a plastic response to the environmental conditions. Overall, this study suggests that ornamental colorations could become less conspicuous because of warming, revealing climate change effects on sexual and social ornaments and calling for further research on the proximate mechanisms behind these effects.

Les changements climatiques affectent les traits de reproduction de nombreux taxa ; par exemple, des travaux sur de nombreuses espèces de plantes et animaux ont montré que le réchauffement climatique entraîne des avancements phénologiques. Qu’en est-il des traits sociaux et sexuels secondaires qui sont associés à la valeur sélective et liés à la qualité de l’individu ? Dans cette étude nous analysons plus de 5800 observations collectées sur deux sous-espèces de mésanges bleues méditerranéennes (Cyanistes caeruleus caeruleus et Cyanistes caeruleus ogliastrae) pour tester si les colorations de la couronne bleue et du poitrail jaune ont changé au cours des 15 dernières années. Nos données suggèrent que la coloration est devenue plus terne et moins chromatique chez les deux sexes. De plus, pour la sous-espèce corse, cette diminution est associée à une augmentation de la température au moment de la mue. Les analyses de génétique quantitative réalisées ne révèlent aucun changement microévolutif dans les traits de couleur au cours de la période d’étude, ainsi le changement observé au fil du temps est probablement une réponse plastique aux conditions environnementales. Dans l’ensemble, cette étude suggère que les colorations ornementales pourraient devenir plus ternes en raison du réchauffement climatique et appelle à des recherches supplémentaires sur les mécanismes pouvant créer cet effet.